1 hour REAL French conversations đŸ‡«đŸ‡· (with subtitles)

Image illustration Elisabeth newsletter

🎁 30% de rĂ©duction sur mes cours de français

Pour une durĂ©e limitĂ©e, rĂ©cupĂšre une rĂ©duction de 30% sur tous mes cours en t’inscrivant Ă  la newsletter Hellofrench.

Laisse ton prĂ©nom et ton email ci-dessous âŹ‡ïž

C’est gratuit et tu pourras te dĂ©sinscrire trĂšs simplement 🙏

1 hour REAL French conversations đŸ‡«đŸ‡· (with subtitles)

Transcript

Bonjour tout le monde, Je vous retrouve aujourd’hui avec Mathieu. Nous allons faire ensemble des dialogues. Nous allons discuter ensemble aujourd’hui. J’ai prĂ©parĂ© des questions avec une dizaine de thĂšmes que nous allons aborder ensemble. Mathieu ne connaĂźt pas ces sujets pour que nous puissions avoir des conversations naturelles, des conversations comme on en a dans la vie de tous les jours.

Je vais afficher des mots clĂ©s ou des phrases importantes tout au long de la vidĂ©o, en fonction de nos discussions, en fonction de ce que nous disons. Si vous avez besoin des sous-titres complets, n’hĂ©sitez pas Ă  les activer directement dans YouTube.

Commençons tout de suite avec le premier thĂšme qui est un thĂšme trĂšs important quand on apprend une langue. C’est le thĂšme des prĂ©sentations. Alors Mathieu, est-ce que tu pourrais te prĂ©senter ? Je vais te poser quelques questions. Est-ce que tu peux nous dire comment tu t’appelles ? Quel est ton Ăąge ? D’oĂč tu viens ? Si tu as un accent.

Alors je m’appelle Mathieu, j’ai 36 ans. Je viens du Sud Est de la France, dans un village Ă  cĂŽtĂ© de Marseille. Et donc j’ai un accent, un accent du sud de la France.

Est-ce que tu peux nous expliquer un peu ton parcours professionnel ? Raconter un peu ta vie professionnelle ?

Alors ma vie professionnelle. Donc j’ai crĂ©Ă© une entreprise Ă  l’Ăąge de 18 ans. Je me suis lancĂ© dans la vie professionnelle de cette façon lĂ . AprĂšs, j’ai crĂ©Ă© une autre entreprise. Ensuite, j’ai voyagĂ© un peu autour du monde. AprĂšs j’ai Ă©tĂ© salariĂ© dans une entreprise Ă  Paris, oĂč j’ai Ă©tĂ© directeur marketing et directeur de la boĂźte quoi. Et puis… Et puis lĂ  ben du coup, avec Elisabeth, je t’aide Ă  faire ce qu’il faut sur Hellofrench.

Il m’aide beaucoup, beaucoup. On le voit pas souvent Ă  l’Ă©cran, mais c’est vrai qu’il fait beaucoup beaucoup de travail. Et est-ce que tu as des passions dans la vie ? Est-ce que tu as des hobbys au quotidien ?

Oui, je fais beaucoup de sport, je fais beaucoup de course Ă  pied. J’ai couru plusieurs marathons tout ça. Et puis j’ai fait beaucoup de musculation aussi. Et aprĂšs, Ă  part ça, des passions normales, regarder des films, des documentaires aussi. On aime beaucoup regarder des documentaires ensemble et voilĂ . Et les voyages aussi, voyager.

Ça tombe trĂšs bien que tu parles des voyages parce que ça nous mĂšne directement au deuxiĂšme thĂšme qui est justement les voyages. On part trĂšs bientĂŽt en voyage de noces, on part aux Etats-Unis et je me demandais dĂ©jĂ  si tu peux un peu expliquer oĂč on va et surtout me dire ce que… La visite ou la ville oĂč tu as le plus hĂąte de faire ces visites ou d’aller si c’est une ville.

Alors on va aux États-Unis. Ce qu’on a prĂ©vu de faire c’est un road trip, donc on va arriver Ă  San Francisco, on va prendre une voiture Ă  San Francisco, on va rester quelques jours aussi, Ă©videmment dans la ville. De lĂ , en fait, on va prendre la voiture, on va aller au parc de Yosemite. On va rester quelques jours. Ensuite, on part vers la Vegas pour aller Ă  Las Vegas au Grand Canyon, Bryce Canyon aussi. AprĂšs ça, on va redescendre pour aller Ă  San Diego. San Diego pareil, on va rester quelques jours. Ensuite, on remonte vers Los Angeles et ensuite on fait toute la cĂŽte pour retourner Ă  San Francisco oĂč on va laisser la voiture qu’on a louĂ© avant. Et Ă  partir de San Francisco, on va prendre un avion pour aller Ă  Chicago et rester quelques jours Ă  Chicago. VoilĂ .

Alors la ville… C’est Ă  dire que j’aimerais faire, celle que j’attends le plus. Alors je pense que c’est San Diego parce que je suis dĂ©jĂ  allĂ© avant Ă  San Francisco, Los Angeles et Chicago. J’ai vraiment envie d’y retourner parce que c’est des villes qui sont magnifiques. Il y a beaucoup de choses Ă  faire. Beaucoup de choses Ă  voir. Enfin voilĂ  c’est trĂšs dĂ©paysant par rapport Ă  ce qu’on vit en Europe. Et du coup, San Diego, je connais pas du tout. Donc ça va ĂȘtre un endroit Ă  dĂ©couvrir ensemble.

Surtout qu’on va aller voir un match de baseball. Ouais. C’est vrai qu’on a hĂąte parce que, en Europe, ce n’est pas vraiment un sport qu’on a l’habitude de voir. AprĂšs moi, c’est vrai que mon frĂšre, il faisait du baseball, mais c’est pas commun, c’est assez rare et donc je pense que ça va ĂȘtre vraiment chouette. L’ambiance va ĂȘtre… Enfin on va dĂ©couvrir cette ambiance.

Et aussi Ă  San Diego c’est chouette parce qu’on a pris un AirBnB dans une… C’est un peu une caravane, un bungalow. Donc c’est assez original, c’est hyper joli. Ça a l’air vraiment mignon. C’est vrai que moi aussi j’ai vraiment hĂąte d’aller Ă  San Diego.

Et c’est toi qui t’es occupĂ© de toutes les rĂ©servations pour la voiture. C’Ă©tait pas trop compliquĂ© ? C’Ă©tait pas trop cher ?

Ben en fait pour les voitures il y a plusieurs options. Soit on va louer la voiture chez un joueur professionnel. Comme Hertz, comme Avis, enfin ce genre de truc. OĂč la c’est assez cher. OĂč alors il y a la deuxiĂšme option qui est de passer par des plateformes de mise en relation de particulier Ă  particulier.

Donc il y a Getaround et celle que j’ai pris s’appelle Turo. Donc “T” “U” “R” “O” oĂč la en fait, il y a des voitures, c’est plus dĂ©veloppĂ© sur le marchĂ© nord amĂ©ricain je pense ce site. Et lĂ  on a pris une voiture quand mĂȘme assez bien, assez confortable, une Subaru, parce qu’on va faire beaucoup de route et du coup je m’Ă©tais dit voilĂ  je veux quand mĂȘme une voiture… Sans prendre un SUV qui est gigantesque, je veux quand mĂȘme une voiture assez grande. DĂ©jĂ  parce que je pense, c’est plus sĂ»r. Si jamais on a un accident ou quoi, je veux avoir un truc assez quand mĂȘme… Solide quoi. Et puis plus confortable aussi parce qu’on va rouler, je sais plus combien… Mais peut-ĂȘtre… J’ai calculĂ©, je crois, autour de 3500 miles. Donc ça fait Ă  peu prĂšs 5000… Peut-ĂȘtre mĂȘme un peu plus de 5000 kilomĂštres.

C’est vrai que les États-Unis, c’est trĂšs Ă©tendu lĂ , on a… Donc on fait ce roadtrip sur la cĂŽte ouest. Mais aprĂšs comme Mathieu disait on va Ă  Chicago. Et par exemple pour nous, en allant de San Francisco Ă  Chicago, ça reste les Etats-Unis. Ça pouvait pas ĂȘtre si loin que ça, mais en fait, c’est 4 heures d’avion, c’est Ă©norme.

En Europe, faire 4 heures d’avion en fait… On sort de l’Europe. Si on part de Paris, c’est vraiment loin 4 heures. Donc on n’imaginait pas enfin que les distances Ă©taient… enfin si on le voit sur la carte. Mais c’est vrai qu’entre le voir et vraiment le rĂ©aliser en terme d’heures d’avion ou d’heures de route il y a quand mĂȘme une diffĂ©rence.

Et sur la nourriture est-ce qu’il y a un type de nourriture, ou est-ce qu’il y a un type de restaurant que tu te rĂ©jouis vraiment de faire aux États-Unis ?

Ouais, en fait, j’aime beaucoup manger des hamburgers. Du coup, j’en avais dĂ©jĂ  beaucoup entendu parler, j’avais pu goĂ»ter une fois, un fast food qui est aux Etats-Unis. Je ne sais pas si c’est uniquement en Californie, pardon pas en Californie, si en Californie et je crois aussi vers Las Vegas tout ça qui s’appelle In-N-Out.

Je trouve que c’Ă©tait des super bons burgers, je suis impatient de les re-gouter. Puis aprĂšs… non voila, juste la nourriture, on va dire de route quoi. Donc pas des restaurants trois Ă©toiles, pas des trucs de fou, mais des burgers, des frites. Et puis voilĂ  quoi.

Moi aussi j’ai vraiment hĂąte, des petits-dĂ©jeuners. C’est vraiment mon repas prĂ©fĂ©rĂ©. Et Ă  chaque fois, dans les sĂ©ries amĂ©ricaines, dans les films, on voit qu’ils vont toujours dans les restaurants oĂč il y des pancakes, des gaufres, ça Ă  l’air super bon oĂč on peut se resservir Ă  volontĂ© en cafĂ©.

Ça, c’est vrai que je me rĂ©jouis de manger ça et aussi les Donuts. J’adore les Donuts et c’est vrai qu’en France, ben, on peut parfois en trouver dans les supermarchĂ©s mais pas dans tous les supermarchĂ©s. Et c’est pas des Donuts trĂšs Ă©laborĂ©es. Et c’est vite… Ici c’est justement… Si c’est des magasins spĂ©cialisĂ©s en Donuts, enfin des boutiques, ça va ĂȘtre vite, trĂšs trĂšs cher. Il n’y en a pas partout, donc c’est moins. On trouve beaucoup moins de Donuts en France qu’aux Etats-Unis. Il n’y a pas, par exemple… Comment elle s’appelle cette chaine ? Dunkin Donuts, ça existe pas en France. Il y a d’autres pays en Europe oĂč il en existe mais en France, je pense pas qu’il y en ait. C’est vrai que moi je voudrais vraiment manger des Donuts.

Ouais moi aussi. C’est vrai que les Donuts c’est quand mĂȘme trĂšs trĂšs bon. Tous les jours.

Alors maintenant, on va aborder un autre sujet sur un thĂšme complĂštement diffĂ©rent. Je voulais savoir quelles Ă©taient pour toi les trois valeurs Ă  avoir en tant qu’humain et surtout les trois valeurs que tu aimerais le plus transmettre Ă  nos enfants.

Ah ! Tu peux un peu rĂ©flĂ©chir. Ouais ouais…

Alors les trois valeurs… J’ai l’impression que…. Les valeurs qui comptent le plus, pour moi, c’est la loyautĂ©. C’est Ă  dire quand on donne sa confiance Ă  quelqu’un, quand quelqu’un me donne sa confiance, plutĂŽt, je ne la trahis pas. Donc ça je pense que c’est une valeur qui est quand mĂȘme assez importante pour moi.

AprĂšs la deuxiĂšme valeur, je vais dire, c’est la dĂ©termination. C’est… voilĂ , qu’on a un objectif en tĂȘte, tu donnes quand mĂȘme le maximum pour y arriver. C’est Ă  dire tu lĂąches pas Ă  la premiĂšre difficultĂ© ou ça.

Et puis aprĂšs, la troisiĂšme valeur, c’est… La troisiĂšme valeur… Le respect, je dirais. Je savais que tu allais dire ça. Ouais, le respect c’est important. Le respect des gens autour de soi, le respect des personnes ĂągĂ©es. Respecter les gens, c’est quand mĂȘme hyper important quoi. Quand il y a une file d’attente, on fait la file, on se fait pas doubler, on double pas Ă©videmment. On respecte l’environnement dans son sens d’ailleurs, l’environnement, Ă  la foi, la nature, tout ça et en mĂȘme temps l’environnement, les gens autour, on les dĂ©range pas, on crie pas. Enfin voilĂ , on ne fait pas ce genre de chose quoi. Moi je sais j’ai Ă©tĂ© Ă©duquĂ© dans ces… Avec ces valeurs lĂ . Et toi ?

Moi, je dirais… La tolĂ©rance quand mĂȘme je pense que c’est important. Avant d’ĂȘtre… D’accepter… D’accepter les personnes avec leurs diffĂ©rences. La tolĂ©rance, c’est quand mĂȘme vraiment… Je trouve que c’est important parce qu’il y a aussi une part quand mĂȘme de gentillesse, de bienveillance, de… Aussi un peu… Prendre soin des uns et des autres.

La dĂ©termination je suis d’accord avec toi. Je trouve que c’est super important et c’est une trĂšs belle valeur Ă  inculquer de toujours, de toujours se dĂ©passer, de pas… VoilĂ , s’il y a un Ă©chec ben c’est pas grave, on rebondit et on retente. C’est quand mĂȘme… Ça c’est vraiment trĂšs important dans la vie. C’est quand mĂȘme une valeur qui permet vraiment d’avancer et c’est super important. Et c’est quoi la premiĂšre que t’avais dit, de valeur ?

Ah la loyauté !

Et je dirais… Toi c’est l’honnĂȘtetĂ©, non ?

Ouais l’honnĂȘtetĂ© c’est quand mĂȘme super important.

Parce que elle vous a pas dit quelque chose mais quand elle trouve un billet par terre, elle ne ramasse pas l’argent par terre.

Mais ça c’est n’est mĂȘme pas de l’honnĂȘtetĂ©, c’est que j’ai peur que ça me porte malheur si… En fait en français il y a une expression qui s’appelle “bien mal acquis ne profite jamais”.

Et donc, ça veut dire que si on… ben, par exemple, si on vole dans un magasin ou qu’on prend quelque chose qui n’Ă©tait pas, qui n’Ă©tait pas Ă  nous, qui nous Ă©tait pas destinĂ©, il va nous arriver des mauvaises choses, un peu le karma. Et c’est vrai que moi si je vois de l’argent par terre, je me dis qu’il ne m’appartient pas et surtout que quelqu’un en a sĂ»rement plus besoin que moi. Donc c’est vrai que ça m’est arrivĂ© deux fois de voir un billet de 50 â‚Ź par terre de ne pas le prendre.

Enfin, une fois, je l’ai donnĂ© Ă  quelqu’un et une autre fois, je l’ai brandi en l’air en demandant Ă  qui il Ă©tait et Ă©videmment deux secondes plus tard quelqu’un m’a dit que c’Ă©tait Ă  lui. Bon, je ne sais pas si c’est vrai, aprĂšs c’est sa conscience et une fois un billet de 20.

Sur ça on est un peu diffĂ©rent. C’est Ă  dire, moi, je ne vais pas… Évidemment, je ne vole pas. Mais c’est vrai que si je trouve un billet par terre, par contre, je le prends et je pars quoi. À part si vraiment par contre si je vois un billet qui tombe d’une poche, lĂ  par contre je vais ramasser le billet et je vais le rendre. Mais s’il y a un billet qui traĂźne, je vais le prendre et je vais le mettre dans la poche.

LĂ , on va passe au thĂšme suivant. On a un petit peu parlĂ© de ta vie professionnelle mais on a pas parlĂ© des Ă©tudes que tu avais faites. Tu as fait des Ă©tudes en marketing, une Ă©cole de commerce. Et si aujourd’hui tu devais refaire des Ă©tudes, si je te dis tu n’as plus droit de travailler, tu dois obligatoirement refaire des Ă©tudes. Est-ce que tu referais celles lĂ  ou est-ce que tu ferais autre chose ? Ah ouais… Si aujourd’hui, maintenant on te dit t’es obligĂ©, tu dois refaire des Ă©tudes.

Ah ouais, c’est une bonne question. En fait, je pense que si je devais refaire des Ă©tudes, si j’Ă©tais obligĂ© de faire des Ă©tudes, je pense que j’aimerais beaucoup faire des Ă©tudes de droit, d’ĂȘtre, je sais pas ĂȘtre avocat ou essayer de dĂ©fendre un peu des gens, trouver des failles dans les textes de loi, tout ça.

Comme Saul Goodman.

Comme Saul, c’est ça, comme Saul Goodman. Je pense ça serait ça. Ou alors des Ă©tudes, on va dire plus informatique. Faire du code tout ça. Mais bon, le problĂšme ces Ă©tudes, en fait, ça demande un gros niveau en mathĂ©matiques. Et ça c’est vrai que en mathĂ©matiques je suis vraiment pas… Je suis pas hyper bon quoi. Donc Ă  mon avis j’irais plus vers le droit et ĂȘtre avocat. AprĂšs je ne sais pas quel type parce qu’il y plusieurs types de droit mais moi je dirais… ça faudrait que je creuse quoi. Mais en tout cas ouais, la loi c’est un truc qui m’intĂ©resse. Et toi ?

Ben franchement, moi j’ai adorĂ© les Ă©tudes que j’ai faites. J’ai fait une Ă©cole de communication et de journalisme, mais trĂšs pratique. On avait beaucoup de cours de photo, de cours de radio, de cours de tĂ©lĂ©vision ou on filmait, on faisait des JT, des choses comme ça. Et vraiment, j’ai vraiment adorĂ© faire ses Ă©tudes.

Et puis j’ai adorĂ© aussi les postes vers lesquels ça m’a menĂ©, soit plutĂŽt de journalisme, soit plutĂŽt dans la communication et le marketing. Donc franchement j’ai l’impression que je referais la mĂȘme chose. En tout cas j’ai pas de regrets  par rapport aux Ă©tudes que j’ai faites.

Souvent quand on choisit ses Ă©tudes Ă  18 ans, c’est un peu, on ne sait pas trĂšs bien, donc soit on Ă©coute un peu l’avis de ses parents. C’est difficile, je trouve, d’ĂȘtre affirmĂ© de savoir vraiment… À 18 ans, en rĂ©alitĂ© on doit quasiment choisir le mĂ©tier qu’on va faire toute sa vie. Mais je pense que je me suis pas trop trompĂ©. J’ai beaucoup hĂ©sitĂ© au moment de choisir. Il y avait d’autres mĂ©tiers qui m’intĂ©ressaient beaucoup.

Mais… Puis tu as rencontrĂ© aussi des gens trĂšs importants dans ta vie pendant ces Ă©tudes.

Qui ça ? Ben tous tes potes.

Oui pas moi.

Je comprenais pas le sous-entendu.

Ben oui, t’as rencontrĂ© plein d’amis.

Ça c’est toujours comme ça pendant les Ă©tudes. On rencontre beaucoup de gens qui aprĂšs sont… Restent des amis et sont trĂšs importants dans le quotidien. Alors le thĂšme suivant que je voudrais aborder avec toi, c’est je pense que tu vas bien aimer.

Ma question c’est quel est le meilleur conseil qu’on ait donnĂ© ? Ou que tu aies eu. Ah ! Ça peut ĂȘtre une anecdote, ça peut ĂȘtre quelque chose Ă  quelqu’un. Ça peut juste ĂȘtre une phrase qui a Ă©tĂ© marquante pour toi ou ça peut ĂȘtre.. Ben oui, quelque chose que quelqu’un a fait pour toi et qui a Ă©tĂ© un peu dĂ©cisif dans ta vie par exemple.

Alors et je ne fais pas du tout ça parce que c’est une vidĂ©o avec Elisabeth mais, un de ses meilleurs… C’est vrai ! Un de ses meilleurs conseils, le meilleur qui, en ce moment, franchement qui m’aide.

Parce qu’en fait, c’est difficile, parce qu’il y a des conseils qu’on m’aurait donnĂ©s avant, qui Ă©taient trĂšs bons Ă  l’Ă©poque. Et maintenant peut-ĂȘtre ils rĂ©sonnent un peu moins en moi. Mais il y a un bon conseil que tu m’as donnĂ©. En fait c’est histoire du petit cheval. Et lĂ , vous pouvez la retrouver dans le petit carnet que du coup Elisabeth a fait.

En fait, c’est l’histoire du petit cheval. Donc c’est… Je connais pas l’histoire en totalitĂ©, mais pour la rĂ©sumer, c’est dans un village ou un ancien village quoi, enfin Ă  l’Ă©poque ancienne… Tu veux que je la raconte ?

Ouais vas y, raconte la. Non… Mais explique peut-ĂȘtre la morale.

Donc en fait c’est un vieux monsieur qui vit avec son fils et… ils ont un cheval et le cheval il s’Ă©chappe. Ils ont que ça. Un seul cheval, c’est leur… Toute leur richesse c’est ce cheval.

Et en fait ben du coup il y a le voisin il lui dit “Ah ben mince, t’as pas de chance, ton cheval est parti”. Et puis le monsieur lui rĂ©pond “chance ou malchance, on verra. On ne sait pas encore”. Et puis finalement, en fait, il se trouve que ce cheval qui est parti, en fait il revient, il s’est fait plein d’amis sur la route et il revient avec plein d’autres chevaux.

Ouais il revient avec une dizaine de chevaux sauvages qu’il a attirĂ© en fait.

Et du coup, le vieux monsieur et son fils. Ils en ont plein de chevaux et ils ont potentiellement plus de richesses.

C’est devenu les plus riches du village.

VoilĂ , les plus riches du village. Et puis aprĂšs, il se passe autre chose. Bref, aprĂšs il arrive quelque chose de… Il se repasse quelque chose de mal. Et lĂ , pareil il dit chance ou malchance, ça rebondit bien. Enfin voilĂ , toute l’histoire c’est ça, c’est il se passe quelque chose. Alors au dĂ©but, on pourrait croire que c’est quelque chose de mauvais, une mauvaise nouvelle.

Ou quelque chose de bien. Ou quelque chose de bien. Et puis finalement, ça se retourne. Et du coup, toute la morale de l’histoire, c’est que… en fait, il ne faut pas rester uniquement sur ce qui se passe aujourd’hui. Il faut essayer de se dire s’il se passe quelque chose. Peut-ĂȘtre que demain, finalement, ce quelque chose peut se transformer en bonne nouvelle. Du coup ça veut dire qu’il faut quand mĂȘme jamais perdre espoir et il est pas sur dramatiser ou pas, ĂȘtre trop triste quand quelque chose arrive.

Oui c’est pour relativiser sur les malheurs qui peuvent vous arriver ou sur les difficultĂ©s de la vie. Par exemple, si votre voiture est cassĂ©e, vous allez arriver en retard au travail. Mais peut-ĂȘtre que dans le bus, vous allez rencontrer la femme de votre vie ou l’homme de votre vie. Toujours pour dire que, en fait, il faut voir l’image dans sa globalitĂ© et pas juste un petit morceau.

Donc ça c’est un conseil que tu m’as donnĂ©e et que j’utilise beaucoup.

C’est vrai que c’est une bonne philosophie de vie qu’on aime beaucoup. Moi c’est une amie qui me l’avait racontĂ©e, ça m’avait marquĂ© et je l’avais racontĂ©e Ă  une amie qui Ă©tait en train de faire son travail. Et ça avait vraiment fait relativiser. Elle s’est dit oui en fait, c’est pas si grave. Il m’arrivait quelque chose de mieux aprĂšs.

Bon excusez-moi, j’ai juste un petit peu chaud. Il fait chaud et j’ai chaud donc je transpire. Et du coup toi c’est le conseil qui t’a le plus Ă©tĂ© utile ?

Bah un jour tu m’as dit quelque chose mais on va encore croire que c’est parce qu’on est tous les deux mais c’est vrai que tu m’as dit une phrase. Elle m’a vraiment marquĂ©e c’est vrai que j’y pense souvent, et je la dis souvent Ă  des gens qui hĂ©sitent Ă  quitter leur travail pour vivre de leur passion ou pour faire quelque chose de diffĂ©rent. Tu m’avais dit… J’essaie de retrouver la phrase exacte, mais que pendant que t’Ă©tais pas en train de construire tes rĂȘves Ă  toi, tu construisais les rĂȘves des autres.

Et c’est vrai que quand on est salariĂ©, c’est un peu ce qui se passe. On participe Ă  construire le projet de quelqu’un d’autre, Ă  rĂ©aliser un peu ses rĂȘves, Ă  lui et pas… Alors que ce temps, c’est hyper prĂ©cieux, et on pourrait le passer Ă  rĂ©aliser nos propres projets nos propres rĂȘves. C’est que ça m’avait marquĂ© quand tu m’avait dit ça, c’est quoi la phrase exactement ?

Je crois que c’Ă©tait ça. C’Ă©tait le temps que tu passes pas Ă  rĂ©aliser tes rĂȘves, en fait, tu le passes Ă  rĂ©aliser le rĂȘve de ton patron. Mais bon, aprĂšs, c’est vrai que… Ouais, moi j’ai jamais Ă©tĂ© fan du salariat parce que c’est dans mon tempĂ©rament. Mais par contre, je sais qu’il y a plein de gens qui sont salariĂ©s, qui sont trĂšs trĂšs heureux. C’est quelque chose qui leur convient aussi. Ils font un mĂ©tier qui est Ă©panouissant, tout ça.

Et ce conseil, je l’avais donnĂ© Ă  Elisabeth parce que c’Ă©tait dans une pĂ©riode oĂč elle se retrouvait pas vraiment dans ce qu’elle faisait et du coup, dans ce cas lĂ , ce cas prĂ©cis, j’avais l’impression que c’Ă©tait vrai, quoi. Mais aprĂšs, Ă©videmment.

Oui c’est pas adaptĂ© Ă  tout le monde.

Il y de la place pour tout le monde. Il y a pas une voie qui est parfaite et les autres qui sont…

Oui c’est pour ça, c’est un conseil qu’on… Enfin la question c’Ă©tait un conseil qu’on t’a donnĂ© Ă  toi. À moi lĂ  en l’occurence. Mais en tout cas, dans mon cas, c’Ă©tait un trĂšs bon conseil. C’est vrai que ça a Ă©tĂ© moteur de plein de choses.

Et de Hellofrench…

Alors passons Ă  un autre thĂšme. On va parler d’histoire, un peu de voyage dans le temps. Si tu pouvais passer une semaine… À n’importe quelle Ă©poque…

OK.

Qu’est-ce que tu choisirais  ? Ça peut ĂȘtre… Ça peut ĂȘtre. Une Ă©poque oĂč t’Ă©tait dĂ©jĂ  nĂ©, mais tu vivrais la semaine Ă  l’Ăąge que tu as aujourd’hui. C’est pas revivre des souvenirs. C’est tu montes dans une machine Ă  remonter dans le temps et tu choisis de vivre une semaine Ă  une autre Ă©poque.

Alors… Une semaine Ă  une autre Ă©poque. C’est compliquĂ© comme question.

En fait, c’est compliquĂ© parce qu’on ne peut parfois on va avoir tendance Ă … comment dire…, Ă  survaloriser certaines Ă©poques. A se dire, on va dire… À l’Ă©poque des rois, c’Ă©tait super tout ça tout ça. Mais en rĂ©alitĂ©, moi, tel que je suis lĂ , Ă  cette Ă©poque lĂ , peut ĂȘtre que j’aurais travaillĂ© dans les champs j’aurais souffert Ă©normĂ©ment. Donc je ne vais pas prendre cette pĂ©riode lĂ .

Et tu peux aussi choisir dans quelle zone du monde.

En fait, j’aimerais bien… Moi je sais il y a une Ă©poque que j’avais beaucoup aimĂ©. C’est quand j’avais dĂ©couvert ce qu’Ă©tait Internet. En fait, j’ai grandi que l’Internet est arrivĂ© et je trouvais ça complĂštement fou et je me suis de suite plongĂ© dedans.

Mais du coup, j’aimerais bien revenir aux États-Unis Ă  l’Ă©poque oĂč Steve Jobs a lancĂ© Apple. Il y avait toute une effervescence autour des ordinateurs, tout ça. Voir vraiment ce dĂ©marrage, ça c’est un truc qui m’intĂ©resserait beaucoup. J’aimerais beaucoup voir.

Et puis voilĂ  quoi… Je pense que j’aimerais bien revenir Ă  cette Ă©poque aux États-Unis. Donc dans les annĂ©es je dirais… AnnĂ©es 70 – 75 autour de la.

Ah ouais, c’Ă©tait il y a si longtemps ?

Ben je crois ouais.

Peut-ĂȘtre je me trompe… Non je pense que c’est ça.

Oui, c’est les ordis il y avait pas internet… Ouais. Et toi ?

Ben j’avais quasiment la mĂȘme rĂ©ponse que trois annĂ©es, mais plus tĂŽt, moi c’Ă©tait plutĂŽt dĂ©but des… Ă  la moitiĂ© des annĂ©es 80, dĂ©but des annĂ©es 90. Aussi, un peu pour la mĂȘme raison, je me suis pas rendu compte de l’ampleur qu’allait prendre Internet, toutes ces nouvelles technologies, les portables. Quand je me souviens des premiers tĂ©lĂ©phones portables qu’on avait, des premiers ordinateurs, qu’on avait les logiciels Encarta, je sais si t’avais ça, c’Ă©tait un espĂšce de logiciel avec des encyclopĂ©dies….

Des choses comme ça, les premiers jeux vidĂ©o. C’est vrai que je n’ai pas mesurĂ© l’ampleur que ça allait prendre et c’est vrai que ce serait amusant de revoir les dĂ©buts comme… Et surtout pouvoir comparer avec aujourd’hui tout ce qu’on peut faire. Et Ă  l’Ă©poque, ça me semblait normal et dĂ©jĂ  extraordinaire.

Un peu comparer, comment ça a Ă©voluĂ©. J’aurais dit ça. Et sinon… Et aussi parce que j’aime bien un peu les… Quand je revois des photos, j’aime bien les styles vestimentaires, je trouve que c’Ă©tait… J’aime bien l’Ă©tat d’esprit de cette Ă©poque, la musique de cette Ă©poque, et je trouve que c’est… Enfin moi, ça me correspond.

Et sinon, peut-ĂȘtre j’aurais dit… Peut-ĂȘtre dans les annĂ©es 20-30, comme un peu dans le film Midnight in Paris, c’est assez prenant comme Ă©poque. Il allait y Ă  avoir plein de choses qui se passent. Enfin il y a les fĂȘtes…

Ça l’air d’ĂȘtre impressionnant, de voir un peu cette Ă©poque et surtout de pouvoir sentir un peu l’ambiance. Alors maintenant, on va parler un peu de lecture. Quel est le dernier livre que tu as lu et est-ce que tu peux un peu expliquer ?

Alors en fait, ce n’est pas un livre… Ce n’est pas un roman ou quoi. C’Ă©tait un bouquin sur la course Ă  pied. Donc c’Ă©tait un livre qui, en fait, qui permettait de bien faire ses plans pour s’entraĂźner correctement sans se blesser, progresser sur le long terme. C’est un auteur AmĂ©ricain qui s’appelle, je crois, Jack Daniel’s, qui a une formule pour le marathon.

C’est vrai qu’on peux croire que c’est le gars du whisky. C’est vraiment… Je crois que c’est Jack Daniel’s le nom. C’est vraiment ça. Et voilĂ , c’est super intĂ©ressant parce que c’est un grand entraĂźneur et du coup il a entraĂźnĂ© plein d’athlĂštes et il donne plein de conseils sur comment bien progresser sur le long terme. C’est.. c’est un livre de sport que j’ai lu.

Et aprĂšs, en roman ou quoi… C’est un livre… Oui, c’est un livre. Tu as raison.

Et toi du coup ?

Moi, le dernier livre que j’ai lu, c’est un livre qui s’appelle “La mythomane du Bataclan”.

C’est un livre trĂšs prenant et vraiment trĂšs intĂ©ressant. Et en fait, c’est une enquĂȘte, mais c’est rĂ©el, c’est des faits rĂ©els. C’est en fait… Je pense que vous avez dĂ» entendre parler des attentats qu’il y a eu Ă  Paris le 13 novembre 2015. Et il y a eu des attaques dans des bars ou dans des restaurants.

Mais il y a aussi eu une attaque dans une salle de concert qui s’appelle “Le Bataclan”. Et suite Ă  ça il y a eu un fond pour indemniser les victimes et des associations qui ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es pour que les victimes puissent se rĂ©unir, qu’elles puissent discuter.

Et en fait il y en a plusieurs mais ce livre parle d’une dame qui en fait a menti. Donc en fait, elle a dit qu’un de ses amis Ă©tait au Bataclan et en fait s’est crĂ©Ă© toute une histoire autour de ça et aussi pour l’Etat. La, elle a par contre dit qu’elle Ă©tait victime… Et on suit un peu le parcours de cette de cette femme. Et mythomane en fait en français, c’est une maladie, c’est les gens qui ne peuvent pas s’empĂȘcher de mentir mais qui croient en fait Ă  leurs mensonges.

Et donc, on voit un peu le parcours de cette femme. C’est un journaliste qui a enquĂȘtĂ© et c’est vraiment trĂšs trĂšs trĂšs intĂ©ressant et on voit jusqu’Ă  ce qu’elle soit en fait, rĂ©vĂ©lĂ©e comme une menteuse. Donc on suit son parcours, comment elle a inventĂ© les mensonges, comment elle fait et… Vraiment c’Ă©tait super intĂ©ressant. C’Ă©tait trĂšs prenant. Moi, c’est vrai que je mets toujours un peu de temps Ă  lire les livres. J’oublie que j’ai commencĂ© un livre, je commence un autre, mais lĂ , en trois jours, j’avais fini. C’Ă©tait vraiment, vraiment c’est un livre que je vous conseille. Vraiment !

Moi je vais le lire aussi. Faut que je lise parce que c’est vrai que ça a l’air vraiment bien.

Ouais, c’est vraiment bien.

Alors c’est un peu un thĂšme comme… Assez proche des valeurs. Mais c’est plutĂŽt sur les qualitĂ©s. Selon toi, c’est quoi ta plus grande qualitĂ© ?

Moi, je dirais que ma plus grande qualitĂ©, c’est l’empathie. J’arrive vraiment bien Ă  me mettre Ă  la place des gens. En gĂ©nĂ©ral j’arrive Ă  les comprendre. Du coup, je peux leur donner des bons conseils… Enfin des bons conseils, j’espĂšre qu’ils sont bons quoi !

Donner des conseils. C’est quelque chose je pense… Je pense que c’est une qualitĂ© pour moi. Parfois, ça peut empiĂ©ter. Donc ça peut… comment dire… Ça peut aller sur mes propres Ă©motions parce que dans la mesure oĂč je comprends bien les gens, parfois, ça peut m’impacter quoi.

Et du coup, ça peut ĂȘtre nĂ©gatif pour moi. Mais sinon, je trouve que arriver Ă  se mettre Ă  la place des gens, c’est une bonne qualitĂ© qui rĂ©sonne aussi avec ce que je disais avant sur le respect qu’on donne aux autres. Parce que je sais qu’admettons je suis dans le train, je vais comprendre que les gens autour de moi ont peut-ĂȘtre pas envie qu’on les dĂ©rangent tout ça. Et du coup, je fais attention.

Du coup, je pense que c’est ça ma qualitĂ©. C’est… À un moment je travaillais… J’avais dit que je travaillais, j’ai Ă©tĂ© salariĂ© dans une entreprise et j’ai dĂ» gĂ©rer des personnes. Et du coup, cette qualitĂ© lĂ  Ă©tait vraiment trĂšs, trĂšs utile parce qu’elle permettait de comprendre quand quelqu’un avait une difficultĂ© quand quelqu’un avait un blocage, quand il avait l’impression de vivre une injustice. Et donc ça m’a beaucoup servi pour l’aider au mieux de mes capacitĂ©s.

VoilĂ . Et toi ? Moi, je dirais que c’est ma dĂ©termination quand mĂȘme. C’est vrai que j’avance souvent sans.. VoilĂ , c’est pas grave, s’il y a quelques petites choses qui ne fonctionnent pas. Je continue, j’avance, je me pose des questions, mais je m’arrĂȘte pas sur des petits dĂ©tails.

Je suis assez efficace, je pense dans ce que je fais. AprĂšs, c’est plus une qualitĂ© utile… Oh non c’est utile au travail, mais mĂȘme dans la vie, parce qu’en gĂ©nĂ©ral, quand on est dĂ©terminĂ©, on est quand mĂȘme assez… Assez positif je pense sur des choses qui peuvent vous arriver. VoilĂ . C’est pas grave. On avance et ça rejoint un peu la philosophie de l’histoire du petit cheval que tu as racontĂ©. Je dirai ça franchement.

Oui je le vois, moi, je le sais que je le vois parce que… Ne serait-ce que ce vous voyez du coup, sur la chaĂźne-. DĂ©terminĂ©e quoi ! Elle va poster beaucoup de vidĂ©os, elle va beaucoup Ă©crire. La elle a fait le petit carnet. Ça lui a pris Ă©normĂ©ment de temps.

Et en mĂȘme temps, ça l’a pas empĂȘchĂ© Ă  continuer Ă  faire plein de vidĂ©os. Du coup… Grande dĂ©termination. Sur le cĂŽtĂ© pro, et puis un peu perso aussi oui. Quand tu as un truc en tĂȘte, on te l’enlĂšve pas quoi.

AprĂšs ça peut aussi ĂȘtre un dĂ©faut si c’est trop mais…

Non mais c’est le juste milieu, c’est le juste milieu.

Et ton plus gros dĂ©faut ? En fait je dirais mon plus gros dĂ©faut c’est que parfois je vais trop rĂ©agir sous le coup de l’Ă©motion et je vais ĂȘtre impatient. Je vais ĂȘtre un peu impulsif… Ouais je vais ĂȘtre impulsif. Alors aprĂšs on dit parfois que les gens du Sud sont un peu plus impulsifs, plus nerveux.

Donc c’est vrai que parfois ouais je vais ĂȘtre impulsif et ça, c’est jamais bon quoi. En gĂ©nĂ©ral quand tu prends une dĂ©cision sur quelque chose, on dit qu’il faut jamais la prendre sous le coup de l’Ă©motion. Vaut mieux laisser passer une nuit. On dit que la nuit porte conseil. Et ça en fait, c’est vrai que c’est important quoi.

Parfois j’ai tendance Ă  m’Ă©nerver vite, Ă  prendre des dĂ©cisions du coup, sur coup de l’Ă©nervement, et c’est trĂšs rare que ce soient des grandes dĂ©cisions. Donc ouais je dirais que c’est mon plus gros dĂ©faut ça. Et toi ton plus gros dĂ©faut ?

Ta faim peut-ĂȘtre ?

En fait quand elle mange pas… C’est pas vraiment un dĂ©faut !

Quand tu manges pas t’es… Tu deviens…

C’est vrai que quand je ne mange pas, je deviens complĂštement folle. J’ai vraiment du mal Ă  gĂ©rer mes Ă©motions quand je ne mange pas. C’est vrai que de plus en plus j’essaie d’avoir toujours un peu de nourriture dans mon sac.

C’est vrai que j’ai vraiment du mal… Je peux pas gĂ©rer mes Ă©motions, c’est vrai, quand j’ai pas mangĂ©. AprĂšs c’est pas dĂ©faut intrinsĂšque. C’est pas un dĂ©faut en moi… DĂ©faut c’est plus… Bah je pense que parfois je suis un peu trop… Je suis… Je veux pas crĂ©er de conflits. Et j’essaie d’ĂȘtre la plus diplomate possible. Et ben, ça peut ĂȘtre une qualitĂ©, mais ça peut aussi ĂȘtre un… un dĂ©faut quand c’est trop je trouve.

Parce que c’est pas bien de pas dire… De pas dire exactement quels sont nos besoins ou ce qu’on pense vraiment. De tout le temps, essayer que… Oui, je pense que ça peut ĂȘtre un dĂ©faut si comment dire…

Si on s’affirme pas assez ? Qu’on dit pas assez non ?

En tout cas pour.. Ben pour moi-mĂȘme c’est un dĂ©faut parce qu’effectivement si je m’affirme pas assez, si je dis pas exactement ce qui me dĂ©plaĂźt, ou ce qui me plaĂźt pas, aprĂšs je vais encaisser, je vais garder en fait… Je vais avoir des frustrations et aprĂšs je vais exploser.

Ouais, c’est comme une cocotte minute quoi. VoilĂ  c’est ça. Tu prends tout et puis d’un coup… Et aprĂšs je peux pas… je peux plus gĂ©rer… Je deviens super nerveuse. Ouais, je dirais que c’est ça quand mĂȘme. T’aurais dis quoi ?

Ouais moi je… Ouais, je dirais ça et aprĂšs… Je sais ce que tu vas dire…

Non non non, tu peux pas savoir… Pourquoi ? Je sais pas…

Que je mets un peu du bazar… Non non… Ça va mieux franchement, ça va…

La vous voyez pas mais elle laisse traĂźner un peu des tasses de thĂ© partout, quoi. Mais bon, c’est mignon donc ça va. Non mais oui, non, mais c’est vrai, oui, je confirme ce que tu dis effectivement. Parfois tu as un peu peur de dĂ©ranger ou je sais pas de… Oui, poser des question, vraiment oui, d’affirmer ce dont tu as besoin ou ce que tu veux.

Ouais je suis pas assez affirmée.

Mais aprĂšs, d’un autre cĂŽtĂ©, c’est quand mĂȘme… Tu le fais quoi ! D’un cĂŽtĂ©, mĂȘme si c’est un dĂ©faut que t’as. J’ai l’impression que quand mĂȘme tu te forces un petit peu et tu arrives Ă  passer outre ça. Oui oui oui. Tu arrives quand mĂȘme Ă  le faire.

Alors on va parler de mĂ©tĂ©o. Ok. Enfin plutĂŽt de saisons. C’est quoi ta saison prĂ©fĂ©rĂ©e dans l’annĂ©e ? Et pourquoi ?

Alors… Je dirais… J’hĂ©site entre le printemps et l’automne. DĂ©jĂ , j’aime pas l’hiver parce qu’ici, on est Ă  Paris, il pleut tout le temps, enfin c’est… C’est pas pas bien quoi, vraiment ? En plus, je viens du Sud Ă  la base de la France, oĂč il pleut pas beaucoup. Donc c’est vrai que franchement voilĂ .

AprĂšs il y les dĂ©corations de NoĂ«l en hiver. Oui, mais ça dure un petit peu de temps par rapport Ă … En fait, je dirais aprĂšs en Ă©tĂ© il fait beaucoup trop chaud et je ne supporte pas la chaleur. Ça c’est quelque chose qui ne marche pas aussi. Du coup, moi, j’aime bien l’automne.

Parce qu’en fait, en automne, ce que j’aime, c’est dĂ©jĂ  la tempĂ©rature, c’est le climat. Et puis c’est les couleurs aussi sur les arbres. Le marron, en fait, je trouve ça super joli. Et puis, c’est vrai, il y a NoĂ«l qui arrive, c’est une atmosphĂšre que j’aime bien. Du coup, pour moi, c’est automne.

Qu’est-ce qui a d’autre en automne ?

Et en automne il y l’anniversaire d’Elisabeth. Et du coup, en fait, c’est surtout pour ça que l’automne c’est ma saison prĂ©fĂ©rĂ©e. Donc oubliez tout ce que j’ai dit avant, c’est parce que c’est l’anniversaire d’Elisabeth.

AprĂšs bon… Toi du coup, malheureusement t’as pas de bol parce que mon adversaire c’est.

Ah !

C’est pas sur une trĂšs bonne saison quoi…

Oui c’est en hiver, toi.

Et du coup c’est quoi ta saison prĂ©fĂ©rĂ©e ? Tu le sais. Ben oui moi je le sais mais bon, faut qu’on discute.

Eh ben moi c’est l’Ă©tĂ© hein. C’est l’Ă©tĂ©. En fait, je dĂ©teste avoir froid, mais vraiment, je dĂ©teste. Enfin mĂȘme en Ă©tĂ©, j’ai souvent froid.

MĂȘme en Ă©tĂ©, elle met des petits, des plaids et tout…

C’est vrai que j’ai tout le temps peur… J’ai peur d’avoir faim et j’ai peur d’avoir froid. Donc souvent je sors avec une veste et en fait il fait 30 degrĂ©s donc j’ai super chaud.

Mais ouais, c’est vrai qu’au printemps, il fait trop froid pour moi. Automne, ça va parce que, au dĂ©but de l’automne, il fait encore un bon. Hiver il fait trop froid, il pleut.

Comme disait Mathieu Ă  Paris. MĂȘme en Belgique il fait froid quoi ! Et en fait l’Ă©tĂ©, je trouve que c’est vraiment objectivement la meilleure saison parce que… dĂ©jĂ  il y a deux mois de vacances, quand on est plus petit.

Oui, ça c’est vrai.

C’est un peu oui. La saison, on va partir en vacances, la saison des voyages, tout le monde prend des verres en terrasse. On peut manger au parc, on peut faire des pique-niques. En fait je trouve qu’il y a tellement plus d’activitĂ©s Ă  faire en Ă©tĂ© qu’aux autres saisons. On peut aller Ă  la plage, alors que si on a envie d’aller au cinĂ©ma en Ă©tĂ©, on peut aussi aller au cinĂ©ma en Ă©tĂ©.

Mais en tout cas, on peut faire toutes les activitĂ©s du monde en Ă©tĂ©, Ă  part le ski. Comme je vous ai dit, je dĂ©testais le froid, vous vous doutez bien que je ne fais aucune activitĂ© liĂ©e Ă  de la neige ou Ă  du froid. Donc vraiment pour moi l’Ă©tĂ© c’est vraiment la meilleure des saisons.

Je suis super heureuse… DĂ©jĂ , par exemple, en hiver, je vais quasiment jamais aller en boĂźte de nuit parce qu’Ă  Paris, on arrive, on a un manteau, il faut aller au vestiaire. Il ne faut pas perdre le numĂ©ro du vestiaire. C’est une logistique assez complexe. C’est une logistique Ă©norme !

Alors qu’en Ă©tĂ©, on sort comme on est, on ne va pas se prĂ©occuper. Ça me paraĂźt tellement plus simple. Je trouve vraiment qu’en Ă©tĂ©, il y a… Les gens ils sont heureux parce qu’il y du soleil, je trouve que ça met vraiment les gens de bonne humeur. Et nous je suis super contente, on s’est mariĂ©s en Ă©tĂ©, il a fait super beau. Il a fait… C’Ă©tait fin juin. Donc en France, ça fait parti des jours les plus long de l’annĂ©e. Et c’est super agrĂ©able quand il fait clair le soir, alors qu’en hiver ou mĂȘme en automne, quand Ă  18 h ici il fait nuit, moi je trouve que c’est… Ça me dĂ©prime un peu ouais.

Ouais, je comprends. C’est vrai que c’est dĂ©primant de ne pas avoir de soleil. Sur le long terme c’est vrai que c’est pas cool. Ouais c’est… enfin sur le long terme… Oui.

Tu vois quand t’as pas de soleil. Oui, pendant…

Et pendant deux semaines t’as toujours les nuages et toujours le ciel gris. T’as pas ce ciel bleu avec le soleil qui te tape sur ta peau. Enfin je trouve que c’est dĂ©primant.

Oui ça fait du bien de sentir le soleil sur soi. Et c’est vrai que j’ai fait un Erasmus en Italie Ă  Rome et et en fait, mĂȘme en hiver, il y avait quand mĂȘme du soleil, il faisait quand mĂȘme beau. On faisait sĂ©cher le linge sur notre balcon.

Et quand, quand j’Ă©tais revenue Ă  Bruxelles aprĂšs, en fait, je comprenais pas, j’Ă©tais Ă©nervĂ©e tout le temps, j’Ă©tais Ă©nervĂ©e, j’Ă©tais agacĂ©e trĂšs trĂšs vite. Mais en fait, j’ai compris que c’Ă©tait le manque de lumiĂšre, le manque de soleil. Vraiment ça… Je trouve que le soleil a un pouvoir de bonne humeur sur les gens, mais vraiment.

Ouais ouais c’est vrai, je suis d’accord.

T’es convaincu ? Est-ce que tu changes de saison prĂ©fĂ©rĂ©e ?

Non. En automne, il y a aussi du soleil et… et ton anniversaire !

Alors la question suivante on va parler un peu de technologie. Il va y avoir deux questions. Ok. PremiĂšre question c’est quelle est l’application que tu utilises le plus sur ton tĂ©lĂ©phone ?

L’application que j’utilise le plus je dirais que c’est Twitter je pense.

Ah ouais Twitter ?

Ouais, je pense que c’est Twitter parce qu’en fait je m’informe un peu sur ça. C’est Ă  dire je suis abonnĂ© aux bons comptes. Je suis un peu les mĂ©dias, je suis un peu des gens qui… Des journalistes, tout ça. Et donc c’est vrai que quand j’ai un petit moment de creux, quand j’ai rien Ă  faire, j’ai le rĂ©flexe, le mauvais rĂ©flexe d’ailleurs, de prendre le tĂ©lĂ©phone et d’aller comme ça, de scroller et de rafraĂźchir mon feed Twitter. Et donc, ouais, je pense que je passe beaucoup de temps sur ça, beaucoup de temps sur Twitter, c’est l’application numĂ©ro 1.

Tu tweete aussi ou tu lis ?

Non. Tu tweet jamais ?

Non, je tweet pas. Juste je lis, je regarde. Parfois, je mets un petit like ou quoi. Mais jamais je tweete quoi. Je dis rien… Je me dis que j’ai vraiment intĂ©ressant Ă  dire sur le rĂ©seau. Donc autant laisser les gens qui ont des choses Ă  dire, le faire quoi.

Moi j’aime bien tweeter quand par exemple on regarde une Ă©mission Ă  la tĂ©lĂ©. Une Ă©mission qui passe en direct et regarder un peu ce que les gens disent sur l’Ă©mission. Par exemple Top Chef, qui est une Ă©mission de cuisine en France, je pense que ça existe dans d’autres pays aussi.

C’est vrai qu’on aime bien aller voir sur Twitter les blagues que font les gens. Par exemple, si nous il y a un Ă©vĂ©nement qui nous fait rigoler. On se dit qu’est-ce que les gens vont dire sur Twitter, c’est vrai qu’on aime bien aller regarder.

Ouais on aime bien faire ça. On regarde les “memes”, c’est Ă  dire les images avec des textes et une photo un peu drĂŽle. Quand il y a des Ă©missions de tĂ©lĂ©. Une fois on regardait PĂ©kin Express. PĂ©kin Express je sais pas si ça existe chez vous, mais c’est en fait une Ă©mission oĂč des Ă©quipes traversent un pays en stop avec moins de 1 $ par jour et par personne.

Et donc je sais pas, il y a une candidate qui faisait des blagues et du coup on regardait sur Twitter pour voir un peu les montages qu’il y avait par rapport Ă  ça et ça nous faisait beaucoup rire.

Et aussi, par exemple, si on n’aime pas quelqu’un dans une Ă©mission ou qu’on trouve qu’elle a eu un mauvais comportement, directement on se dit “ah qu’est-ce que les gens vont dire sur cette personne, sur Twitter ?” Est-ce qu’ils vont penser comme nous que c’est pas bien ce qu’elle a fait. C’est vrai qu’on aime bien aller voir.

Ouais on aime bien. Et c’est vrai que les gens sont trĂšs drĂŽles. Ouais ouais.

Parce que Twitter fait que… s’il y a beaucoup de likes, le tweet va remonter trĂšs trĂšs haut et du coup on a tout de suite les meilleurs, les plus drĂŽles quoi. C’est vrai qu’ils sont vraiment drĂŽles. Les gens sont crĂ©atifs

Et alors.. L’application que tu prĂ©fĂšres ?

Le problĂšme c’est que… L’application que je prĂ©fĂšre… Ah oui, en fait, il y a deux applications que je prĂ©fĂšre. On va dire… Celle qui est la plus saine en quelque sorte, c’est Strava.

Je ne sais pas si, si, Strava vous savez ce que c’est. Je prĂ©sente vite, c’est une application de course Ă  pied et de vĂ©lo. Enfin de sport en gĂ©nĂ©ral, oĂč quand tu fais une sĂ©ance, tu la postes sur Strava et aprĂšs Strava, va te dire oĂč ce que t’as Ă©tĂ© vite. OĂč est-ce que t’as pas Ă©tĂ© vite. Il va te comparer par rapport aux autres. Il va te donner une courbe de progression.

Enfin c’est une application qui est hyper addictive quand tu fais du sport et donc je pense que c’est la plus saine. Et puis aprĂšs la deuxiĂšme c’est TikTok. Mais lĂ  TikTok c’est un drame parce que c’est… Tu perds un temps fou sur ça.

Ouais TikTok c’est vraiment… C’est vraiment addictif en fait. Souvent moi je me dis “ah, je vais juste regarder dix minutes de TikTok avant d’aller dormir” et aprĂšs je regarde l’heure qu’il est. Et en fait, il est 1 heure et demi plus tard.

Parce que toi ouais, c’est TikTok t’aime bien… C’est de plus en plus j’ai l’impression… TikTok par rapport Ă  avant.

Ouais c’est vrai qu’avant je passais beaucoup plus de temps sur Instagram. Et en fait ça dĂ©pend ce que je recherche. Si par exemple il y a des personnalitĂ©s que j’aime bien, et j’ai envie de voir ce qu’ils font, ben c’est plutĂŽt Instagram. Parce que c’est p lus ce type de contenu. Mais si j’ai envie d’ĂȘtre divertie, j’ai vais plutĂŽt aller sur TikTok. Mais aprĂšs, l’application que j’utilise le plus… Je regarde. Qu’est-ce que j’utilise beaucoup ?

Bah. YouTube aussi ! J’ai oubliĂ© d’en parler.

Rien que pour les vidéos déjà on les regarde.

Oui c’est vrai que YouTube on y est tout le temps. Mais aprĂšs ça c’est plus pour le… Ouais YouTube je dirais qu’on est tout le temps, tout le temps sur YouTube.

AprĂšs, c’est vrai que WhatsApp je suis trĂšs trĂšs souvent sur WhatsApp. Comme j’ai beaucoup d’amis qui sont en Belgique, ma famille qui est en Belgique. Je passe vraiment beaucoup de temps Ă  faire des vocaux sur WhatsApp, en rĂ©alitĂ©.

Ouais c’est vrai que tu fais beaucoup de vocaux.

Je t’entends souvent parler Ă  tes copines.

Ou j’envoie des photos de ce que je mange ou de… Ouais c’est vrai que WhatsApp et sinon… Ouais TikTok. TikTok c’est un peu… Une addiction.

Ouais TikTok il faut pas y aller. Parce qu’aprĂšs c’est… On perd tellement de temps sur ça quoi… AprĂšs il y a des choses qui sont marrantes quand mme sur TikTok. C’est vrai qu’il y a quand mĂȘme des… il y a des gens qui sont crĂ©atifs, quoi. Comme sur Twitter.

On rigole beaucoup sur TikTok, on peut beaucoup rigoler aussi.

Mais sinon l’appli prĂ©fĂ©rĂ©e… ou la plus pratique que j’aie ? Ah oui, on ne sait pas dit les applis les plus pratiques. Ouais les plus pratiques.

Pratiques…

Ou toi en plus pratiques par exemple, ça serait quoi ? Citymapper ?

Citymapper ouais… Citymapper c’est un peu comme Google Maps je crois qui est dans toutes les villes. Mais c’est vrai que c’est super pratique Ă  Paris parce qu’en fait quand vous faites des trajets en mĂ©tro ou en bus, en tram, l’application vous dit exactement oĂč vous devez vous placer par rapport Ă  oĂč vous allez.

Par exemple, si je vais Ă  l’autre bout de Paris et que je dois prendre trois mĂ©tros diffĂ©rents. L’application va dire “placez-vous Ă  l’avant, placez-vous Ă  l’arriĂšre pour que pour la correspondance, vous soyez le mieux placĂ© possible pour prendre le prochain mĂ©tro et gagner le plus de temps possible. C’est vrai que j’aime beaucoup cette app

En bonne app il y a… Shazam. Ah oui Shazam. Shazam.

Ça c’est un classique. C’est un classique, Shazam.

C’est un classique, mais ça fait toujours. Ça fait… c’est vrai que c’est… tu l’utilises pas tous les jours, mais quand on en a besoin, on en a vraiment besoin. Ouais. Et Spotify aussi c’est vrai. Facebook ou Spotify.

Ouais Spotify.

Oui, surtout maintenant j’adore parce que il y a la fonctionnalitĂ©… Enfin c’est  pas si nouveau, mais la fonctionnalitĂ© oĂč on peut afficher les paroles des chansons en grand sur tout l’Ă©cran. C’est vrai que quand je suis toute seule, j’aime bien je le mets et… je chante en cachette.

Tu peux chanter. AprĂšs pour d’autres apps… non oui c’est ça… TikTok. Oui c’est vrai que moi, j’ai pas… j’ai pas 200 apps sur mon tĂ©lĂ©phone.

Oui on en utilise pas Ă©normĂ©ment. De toute façon…

J’ai un peu tout ce qui est classique. Une application pour scanner des documents c’est vrai que c’est pratique. Ouais j’ai pas, j’ai pas beaucoup d’applications.

Puis tu joues pas aux jeux, genre Candy Crush… Non non pas du tout.

Pas du tout. Non non je ne joue pas du tout à ses jeux là. Je préfÚre faire des mots fléchés avec un vrai livre.

Un vrai cahier.

Je prĂ©fĂšre avant d’aller dormir, ça permet un peu de se dĂ©tendre. Mais non, je ne joue pas du tout Ă  des jeux. Mais toi non plus d’ailleurs.

Non, je joue pas… avant je jouais beaucoup Ă  des jeux quand j’Ă©tais plus jeune quoi. Mais pas en application, plus en jeux vidĂ©os.

Ouais pas en application, sur console. À la Playstation, Super Nintendo, tout ça. Ordinateur aussi. Counter Strike et tout. Mais aprĂšs, sur tĂ©lĂ©phone je sais pas, j’y n’arrive pas.

Puis mĂȘme maintenant j’arrive plus Ă  jouer aux jeux vidĂ©o. J’ai rĂ©essayĂ© Ă  un moment et je sais pas, c’est peut-ĂȘtre l’Ăąge qui avance. J’ai plus la patience de rester devant un Ă©cran Ă  jouer.

Depuis qu’on est ensemble, je t’ai jamais vu jouer Ă  des jeux vidĂ©o.

Non je… j’ai plus ça ouais. Je suis plus vraiment excitĂ© par les jeux.

Mais alors, on va aborder un dernier thĂšme sur les cinq sens. Les cinq sens, il y a le toucher, l’odorat, la vue, la vue, l’ouĂŻe et le goĂ»t.

Oui. Est-ce que tu… si tu devais perdre un sens, pour toi, est-ce que ce serait moins pire de perdre le toucher ou l’odorat ?

L’odorat. Franchement, si je devais perdre un sens, ce serait ça. Le toucher, c’est quand mĂȘme important parce que… Enfin l’odorat aussi, Ă©videmment. Mais non, lĂ , en disant ça, je rĂ©flĂ©chis. Et c’est vrai que l’odorat…

Tout Ă  l’heure j’ai senti une odeur qui m’a rappelĂ© un vieux souvenir de quand j’Ă©tais petit quoi.

C’est quoi ?

Ben, je ne sais pas c’Ă©tait une odeur qui m’a rappelĂ© quand j’Ă©tais chez un pote quand je devais avoir… je sais pas… dix ans quoi. C’est vrai qu’il y a une mĂ©moire en fait.

Oui une mĂ©moire olfactive qui est Ă©norme. Mais quand mĂȘme, le toucher, c’est quand mĂȘme tellement important. Je dirais que si je devais en perdre un, Ă©videmment Ă  contre-cƓur mais… Ça serait l’odorat.

Parce que… aprĂšs ouais… par contre l’odorat, c’est que quand on cuisine, c’est vrai que l’odeur des choses c’est quand mĂȘme important aussi.

En plus t’as pas eu le Covid toi donc tu peux pas te… Tu te rends pas compte ce que c’est de perdre l’odorat. Le problĂšme avec l’odorat, c’est que c’est… en fait l’odorat et le goĂ»t, c’est vachement liĂ©.

Parce que… aprĂšs peut-ĂȘtre j’avais perdu aussi le goĂ»t. C’Ă©tait pendant le premier confinement. Moi, j’avais eu le Covid et Mathieu pas. Ou en tout cas, Mathieu n’avait pas eu de symptĂŽmes. Mais c’est vrai que… enfin on s’est rendu compte que j’avais perdu l’odorat parce que Mathieu avait nettoyĂ© la salle de bains avec du vinaigre.

Du vinaigre ménager.

Et c’est vrai que ça sent trĂšs trĂšs fort normalement. Je ne sais plus, il me dit “je suis dĂ©solĂ©, ça sent trĂšs fort”. Et moi je lui dis “bah non, ça va, je trouve pas”. Et il m’a dit “attends, viens, mets un peu la tĂȘte dans la baignoire”.

Je dis “bah non, ça sent pas”. Et lĂ , on a compris qu’il y avait peut-ĂȘtre un problĂšme. Au dĂ©but, tu pensais que je faisais une blague. Mais c’est vrai qu’aprĂšs, on avait fait des tests.

Mathieu m’avait bandĂ© les yeux et il me faisait sentir des choses et je devais deviner ce que c’Ă©tait. Et Ă  un moment, il avait pris du produit vaisselle et en fait il appuyait et moi je sentais juste de l’air.

Donc je pensais qu’il faisait une blague qui me soufflait dessus. Et en fait, non, c’Ă©tait du produit vaisselle qui normalement sent aussi assez fort. Et c’est vrai que je sentais pas. Mais quand on mangeait, je sentais pas trop le goĂ»t.

Mais est-ce que j’avais perdu Ă  la fois l’odorat et le goĂ»t ? Ou juste l’odorat ? Je sais pas. Mais c’est vrai que c’est quand mĂȘme liĂ©.

Ouais j’hĂ©site. J’arrive pas Ă  me dĂ©cider.

Le toucher, c’est un peu embĂȘtant.

Ouais, c’est clair, perdre le terme toucher… mĂȘme pour tenir des trucs.

Tu peux plus quoi. Donc et toi du coup ?

Non, moi quand mĂȘme perdre l’odorat.

Tu prĂ©fĂšres perdre l’odorat que…

Oui, perdre l’odorat. Il y a  des gens qui vivent sans odorat. C’est contraignant. Mais… en tout cas, c’est moins contraignant que les autres sens.

Oui aprĂšs tu as des sens… La vue, l’ouĂŻe, tout ça et  lĂ  ça, c’est contraignant, hyper contraignant dans ta vie de tous les jours. Vraiment aprĂšs c’est un vrai handicap.

Ouais, l’odorat.

Mais oui, l’odorat. Ok. Le toucher quand mĂȘme… oui le toucher c’est important. Tu ne sentirais mĂȘme pas quand je te donne la main. Oui, c’est horrible. Bon, c’est sĂ»r du coup, pas le toucher.

Bon voilĂ . On a terminĂ© pour aujourd’hui. On espĂšre que cette vidĂ©o vous a plu. Que grĂące Ă  ce dialogue, vous avez pu Ă  la fois apprendre du nouveau vocabulaire, mais aussi vous plonger vraiment dans le contexte de vraies conversations en français.

On a essayĂ© de parler le plus naturellement possible. N’hĂ©sitez pas si vous avez des questions sur des mots de vocabulaire, Ă  les mettre en commentaire et surtout si vous avez aimĂ© ce format, ce type de vidĂ©o.

Mettez bien sĂ»r un j’aime et dites-le nous en commentaire. Pour qu’on fasse, plus de vidĂ©os comme celles-lĂ . On vous dit Ă  bientĂŽt.

🚀 Transforme ta comprĂ©hension du français en 15 minutes par jour

đŸ‡«đŸ‡· Ma nouvelle mĂ©thode d’apprentissage basĂ©e sur des dialogues du quotidien

Découvre une approche innovante de la maßtrise du français au travers de 45 conversations du quotidien. Améliore ta compréhension du français simplement et apprends du français utile. Idéal pour les étudiants de niveau intermédiaire.

En savoir plus

Share this post
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

Articles qui pourraient t'intéresser

woman writing on a notebook beside teacup and tablet computer
Conseils
Mathieu

Le niveau A1 en français (+ exemples et conseils)

Quand on dit que quelqu’un a le niveau A1 en français, cela veut dire qu’il est dĂ©butant dans l’apprentissage de la langue. À ce niveau, les Ă©tudiants en français sont capables de comprendre et d’utiliser des expressions basiques et quotidiennes.

Chelou en français
Argot
Mathieu

“Chelou” – DĂ©finition, prononciation en français

📖 DĂ©finition de l’expression “Chelou / C’est chelou / il est chelou” L’expression “Chelou” signifie que quelque chose est louche, pas clair, difficile Ă  croire. Il s’agit du mot “louche” en verlant, Ă  l’envers. Quand on dit que quelqu’un est

Expressions
Elisabeth

LEARN FRENCH IN 2 MINUTES – French idiom : Poser un lapin

Transcript Salut tout le monde, j’espĂšre que vous allez bien et que vous passez une trĂšs belle journĂ©e. Bienvenue dans cette vidĂ©o oĂč nous allons voir ensemble une expression française en quelques minutes. Aujourd’hui, nous allons voir une expression assez

Vidéos qui pourraient t'intéresser

en_USEnglish
Retour en haut