DJA ? CHUI ? 🧐 – UNDERSTAND FAST SPOKEN FRENCH

📤 Partager cet article

Transcript

Bonjour tout le monde, j’espère que vous allez bien.

Aujourd’hui, nous allons parler de prononciation, de différences entre le français écrit et le français parlé dans le quotidien par les Français.

Si vous êtes nouveau ou nouvelle sur la chaîne je suis Elisabeth, sur cette chaîne, je vous propose des vidéos de français où je vous explique, je vous apprends le français véritablement parlé au quotidien par les Français.

Entre le français écrit et le français parlé, il y a des différences. Par exemple, on va contracter certains mots, donc on va supprimer en réalité à l’oral certaines lettres pour parler un peu plus rapidement, pour parler un peu plus vite.

Si, à l’écrit, il n’y a pas forcément de problème, à l’oral, certaines prononciations de mots peuvent poser problème. Vous pouvez ne pas les comprendre.

C’est ce que nous allons voir ici aujourd’hui. Évidemment, vous pouvez les prononcer de la bonne manière.

Je fais cette vidéo pour que, surtout, vous, vous puissiez comprendre soit quand vous regardez des films et que les acteurs parlent vite ou parlent un langage familier, ou soit pour que vous puissiez comprendre des Français, des amis français, si vous parlez avec eux ou si vous venez en France.

J’ai eu l’idée de cette vidéo après avoir vu un Tik Tok d’un Américain. Je pense qu’il est américain. En tout cas, il est anglophone, qui vit en France et qui a expliqué que pendant toute une soirée, il était avec des amis de sa copine.

Pendant toute la soirée, il a entendu des gens dire “chui fatigué” et qu’il se demandait qui était ce “chui” qui était si fatigué. C’est le premier mot que nous allons voir dans cette vidéo.

En français, évidemment, on dit “je suis”. Par exemple, je suis fatigué, mais en langage familier, en langage du quotidien, pour parler un peu plus vite, très souvent, on dit “chui”, “chui”, et pas “je suis”.

On fait disparaître à l’oral le “e”. D’une manière générale, d’ailleurs, le “e” de “je” va disparaître dès qu’on a une consonne, évidemment à l’oral.

Mais à nouveau, vous pouvez tout à fait dire “je suis”. C’est d’ailleurs plus correct. Je vous explique juste pour que vous puissiez comprendre quand des Français parlent.

On va rester sur la même règle. Pour le deuxième mot que nous allons voir c’est, “je fais” qu’on va très souvent dire “chfai”. “Chfai”.

C’est ce que je vous disais. Devant une consonne on va faire disparaître le “e” du “je”. Qu’est-ce que tu fais ? “Jfai” un gâteau au chocolat. “Je vais” qui devient “jvai”.

“Jvai” au supermarché.

Tu vas où ? “Jvai” à la salle de sport.

Ou pars-tu en vacances ? “Jvai” au Maroc.

À l’oral, “tu es” devient quasiment systématiquement “t’es”, “t’es”.

Au lieu de dire “tu es contente”, je vais plus spontanément dire “t’es contente”. Comme je vous dis depuis le début, on est dans un langage familier, véritablement parlé au quotidien. Évidemment, vous pouvez dire “tu es”.

Si je dis, t’es ou ? Tu peux me répondre “je suis dans la salle de bain” au lieu de “tu es où ?”

“T’es content de tes nouvelles chaussures” au lieu de “tu es content de tes nouvelles chaussures”. Vous voyez, c’est un langage un peu plus, un peu plus rapide.

Le “u” du “tu” va d’ailleurs disparaître dès qu’on a une voyelle après.

“Tu es” qui devient “t’es”.

Mais c’est pareil avec le verbe avoir. “Tu as des nouvelles chaussures”, “t’as des nouvelles chaussures”, “t’as prix du lait au supermarché” au lieu de “tu as pris du lait au supermarché”.

Toujours dans les “tu”, à l’oral, on va plutôt dire “t’sais” que “tu sais”.

“T’sais” où sont les clés de la voiture ? Et pas “tu sais où sont les clés de la voiture ?”.

C’est plus rapide de le prononcer comme ça.

“T’sais” où on va ce soir ? Au lieu de “tu sais où on va ce soir ?”

“Déjà” et “dja”. Ici, on va supprimer le “e” quand on parle à l’oral, on ne va pas le prononcer. Par exemple, si je te demande : Ça te dit de manger une pizza ce soir ? Oh non, j’en ai “dja” mangé une ce midi.

Donc vous entendez ? Je pourrais dire “Oh non, j’en ai “déjà” mangé une ce midi” ou “Oh non, j’en ai “dja” mangé une ce midi”. Vous entendez la différence.

“Déjà” et “dja”, c’est une contraction qu’on peut faire à l’oral mais comme je vous l’ai dit pour toutes les autres, à nouveau, elle n’est pas obligatoire ni systématique.

Je ne sais pas, je sais pas. Ici, j’ai pris cet exemple de phrase, mais ça vaut pour toutes les phrases à la négative, où il y a une négation. Évidemment, à l’écrit, on met toujours “ne…pas” pour exprimer la négation.

À l’oral, et là, c’est quasiment systématique, c’est presque toujours le cas, on va supprimer le “ne”.

On va conserver la négation, mais uniquement avec le “pas”. Tu sais où est ton frère ? “Je sais pas” ou “je l’ai pas vu”. Dans le langage familier, dans le langage de tous les jours, le “ne” disparaît quasiment systématiquement.

Et d’ailleurs, ici dans cet exemple, on l’avait vu, le “e” du “je” disparaît devant les consonnes. Donc en réalité, à l’oral je pourrais même dire “j’sais pas”. On avait “je ne sais pas” et à l’oral, vous pouvez entendre des Français dire “J’sais pas”.

Si on n’est pas natif, ça peut vraiment être très différent à l’oreille.

“Peut-être” qui devient “ptêtr” à l’oral.

On va faire cette contraction pour parler un peu plus rapidement dans le langage familier. “– Tu viens avec nous au cinéma ce soir ? – Ptêtre, je ne sais pas encore, car j’ai du travail !” Peut-être devient “ptêtr”.

“Il y a” qui devient, “ya” et “il n’y a pas” ou “il n’y a plus” qui devient “ya pas” et “ya plus”.

Commençons avec le plus simple des deux. “Il y a” qui devient “ya”.

À nouveau, c’est quasiment systématique dans le langage familier, on va faire une contraction. Au lieu de dire “il y a du pain sur la table”, je vais dire “ya du pain sur la table”, “ya”.

Ce qui est encore plus compliqué si on n’est pas natif, c’est les doubles contractions. On l’a vu avec “je ne sais pas” qui devient “chsé pas”.

Ici, c’est la même chose. “Il n’y a pas de pain”, ça va devenir “ya pas de pain” ou si je veux dire, “il n’y a plus de pain, j’ai tout mangé”, “ya plus de pain, j’ai tout mangé”.

Donc à la fois, “il y a” devient, “ya” et comme c’est une phrase à la négative, on supprime le “ne”. Donc, “ya plus de pain, j’ai tout mangé”.

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. On a vu quelques-unes de ces contractions, de ces différences entre le français écrit et le français familier, parlé au quotidien.

S’il y a d’autres mots dont la prononciation vous a posé problème, dont la manière dont les Français contractaient le mot, modifiaient le mot à l’oral parce qu’en réalité, on le modifie, ce n’est pas qu’un problème de prononciation.

N’hésitez pas à me le mettre en commentaire. Si vous avez aimé cette vidéo, mettez un “j’aime” et si vous êtes nouveau ou nouvelle, abonnez-vous pour ne manquer aucune vidéo, je vous dis à très vite.

🎁 7 jours d'exercices offerts

Inscris ton email ci-dessous pour que je t’envoie gratuitement les 7 premiers jours de “Mon carnet de français”. 

Vidéos qui pourraient t'intéresser

🚨 Mon carnet de français, 90 jours pour progresser en français est disponible dans la boutique

X