FRANÇAIS DE BELGIQUE VS FRANÇAIS DE FRANCE

📤 Partager cet article

Transcript de la vidéo

Salut tout le monde, j’espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle vidéo en français. Alors aujourd’hui, je vais vous proposer un thème un peu particulier. Vous allez voir. Ça va être une vidéo assez marrant. Vous êtes certainement peu à savoir, mais en réalité, je ne suis pas Française. Je viens d’un autre pays francophone. Je viens de Belgique, donc je suis Belge. La Belgique, c’est un tout petit pays, juste au-dessus de la France.

C’est un pays assez important en Europe parce que Bruxelles, la capitale de la Belgique, c’est aussi la capitale de l’Europe. C’est à Bruxelles qu’il y a la plupart des institutions européennes. C’est une ville assez importante. Dans cette vidéo, en fait, j’aimerais vous parler du français de Belgique. Évidemment, la plupart de la langue est commune avec la langue française qu’on parle en France. Mais il y a des particularités linguistiques, des expressions, des mots qu’on ne va utiliser qu’en Belgique ou alors même des mots qui vont être différents pour désigner les choses.

Des mots qu’on utilise en France, donc des objets qu’on va nommer différemment. Même vous allez voir, même un légume qu’on n’appelle pas de la même manière. Si vous êtes débutant, j’ai peur que ça apporte de la confusion dans notre apprentissage de la langue. Donc, c’est plutôt si vous avez envie d’enrichir votre culture sur la langue française ou si vous avez prévu des vacances bientôt à Bruxelles ou en Belgique ou si vous apprenez français parce que vous vivez en Belgique ou encore si vous avez prévu de vous installer là-bas ou si vous êtes juste curieux.

On va voir ensemble ces particularités linguistiques.

Avant de commencer, pensez bien sûr à activer les sous-titres en français si vous en avez besoin. Ça vous aidera à mieux comprendre la vidéo et surtout à comprendre ces mots particuliers du français de Belgique. Je suis venue avec mon dictionnaire des belgicismes. Je vous montre. Donc un belgicisme, en fait, c’est le mot qu’on utilise pour désigner les mots qui viennent du français de Belgique. Donc, un belgicisme, c’est un mot en français belge.

Vous voyez, il est énorme. Il y a beaucoup de mots, en fait, qui sont particuliers à la Belgique. J’en ai sélectionné. Je vous rassure, on n’a pas tout voir sinon la vidéo va durer 10 heures, mais on va en avoir quelques uns. Les plus importants ou les plus marrants. Si vous vivez dans le nord de la France ou si vous avez prévu d’y aller, vous allez voir aussi, il y a beaucoup de ces mots qui sont utilisés là-bas, dans la région de Lille.

C’est vrai qu’on partage une culture très forte entre la Belgique et le nord de la France. Et dans les manières… dans certaines fêtes ou dans les manières de vivre, mais aussi dans le langage. Je suppose que dans votre pays aussi, ça doit être comme ça en fonction des régions. Même si vous partagez la même langue, il doit y avoir des mots qui s’utilisent dans une région et pas dans une autre. Donc, c’est le cas aussi en France, par exemple, à Marseille, il y a des mots qu’on va utiliser, qu’on utilise pas ailleurs en France, qui sont des particularités linguistiques de certaines régions.

Commençons tout de suite avec les premiers mots. C’est assez particulier parce qu’on les utilise aussi on France, mais pas pour les mêmes moments de la journée. C’est les mots qu’on utilise pour qualifier, pour parler des temps de repas. En France, on va dire le petit-déjeuner pour le matin, le déjeuner pour le midi et le dîner pour le soir. Et si on mange entre les repas, on va dire qu’on prend un encas.

En Belgique, on dit le déjeuner pour le matin. Donc, ce qu’on utilise en France pour le midi. Le dîner, alors qu’en France, le dîner, c’est le soir. Et le souper pour le soir. Donc en France, c’est petit-déjeuner, déjeuner, dîner. Et en Belgique, c’est déjeuner, dîner, souper. C’est vrai que quand je suis arrivé en France, ça pouvait prêter à confusion. Souvent, je me trompais. Je ne disais pas le bon mot, donc c’était compliqué de pouvoir prévoir des choses avec des gens parce que je leur disais le dîner et pour moi le dîner, c’était à midi. Et eux, ils pensaient qu’on allait se voir le soir.

Là, ça fait six ans que je suis en France aujourd’hui et je vais aussi vous raconter des anecdotes par rapport aux mots qu’on va avoir sur des mauvaises utilisations ou ce qui a pu se passer quand des gens n’ont pas compris. Une deuxième particularité ça concerne aussi un temps de repas. Je vous disais en France, on va dire un encas. En Belgique, donc quand on va manger à la pause du matin entre le petit-déjeuner et le déjeuner, mais pour la Belgique, entre le déjeuner et le dîner. Par exemple, un encas, ça peut être un Kit Kat, par exemple, on va appeler ça un dix-heures, donc dix-heures comme l’heure.

C’est parce qu’en général, quand on est à l’école, la pause entre le début de l’école et quand on va manger à midi, elle est à 10 heures. Donc on va dire : je mange mon dix-heures. Au lieu de dire je mange mon encas.Une autre particularité, c’est sur les chiffres. Quand on compte en France, on va dire soixante-dix, soixante-et-onze, soixante-douze, soixante-treize, soixante-quatorze… et on dit aussi quatre-vingt-dix, quatre-vingt-onze, quatre-vingt-douze… En Belgique, on dit septante et nonante.

Tous les autres chiffres sont pareils, de 1 jusque 100, tout est pareil, à part la partie soixante-dix et la partie quatre-vingt-dix. Donc nous, on va dire septante et un, septante-deux, septante-trois, septante-quatre, septante-cinq, septante-six, septante-sept, septante-huit, septante-neuf. Après quatre-vingts, c’est pareil. Et quand on passe à quatre-vingt-dix, nous on va dire nonante, nonante et un, nonante-deux, nonante-trois, nonante-quatre, nonante-cinq, nonante-six, nonante-sept, nonante-huit, nonante-neuf.

Pour moi, c’est difficile cette particularité-là, surtout quand je dois compter. Pour moi, c’était difficile aussi quand je décrochait le téléphone à mon travail et que je devais noter un numéro. Par exemple, si quelqu’un me disait que son numéro, c’était soixante-quatorze, je ne savais pas si c’était 60 et 14 ou si c’était juste 74. Septante-quatre en français belge. Ça, c’est toujours un peu difficile pour moi, même si ça fait des années que je vis en France.

Une autre particularité du français de Belgique, c’est quand on quitte quelqu’un, mais qu’on va le revoir dans la journée. En France, en français de France, on va dire “à tout à l’heure”. En français de Belgique, n dit “à tantôt”. En réalité, à tantôt c’est vraiment… pardon… à tantôt c’est vraiment du très, très vieux français. Donc, si on dit “à tantôt” en France, personne ne dit ça. Ou alors des personnes vraiment très très âgées. En Belgique, on ne dit quasiment jamais “à tout à l’heure”, on dit vraiment tout temps “à tantôt” pour dire on se revoit plus tard.

Alors, des autres mots où c’est un peu compliqué… qui sont différents… c’est… je vais vous montré. Ça, en français de France, c’est une serviette de bain. Et ça, c’est un torchon. C’est pour pour la cuisine. Nous, en Belgique, ça et ça, on va appeler ça des essuies, ça “un essuie de bain”, ça “un essuie de vaisselle”. Mais, en fonction du contexte, on peut juste dire “essuie” et tout le monde comprend. Par contre, en France, quand on dit “essuie”, personne ne comprend ce qu’on dit.

Et… c’est vrai que quand on est habitué à utiliser un mot, c’est difficile de changer son habitude. Et du jour au lendemain, dire “serviette” plutôt que de dire essuie.

Un autre mot qui est différent. En France, on dit un téléphone portable ou un portable. En Belgique, ça, ça s’appelle un GSM. G…S…M.

Un autre mot qui est différent. Et ça, on le dit dans le nord de la France, je vais vous montrer parce que je n’en ai pas à la maison.

C’est les endives, c’est un légume qu’on peut manger soit en salade, soit cuit. Je vous mets une petite photo comme ça vous voyez. Souvent on fait des gratins d’endives au jambon. En Belgique, on dit un chicon. Donc là, c’est carrément le mot pour désigner un légume qui est différent. Mais dans le nord de la France, on dit aussi chicon.

Une expression qu’on utilise beaucoup en Belgique et qu’on ne comprend pas très bien en France.

D’ailleurs, ça m’est arrivé avec un collègue. C’est l’expression “je te dis quoi”. En Français de France, ça pourrait correspondre à… je t’informe plus tard. Je  t’en dit plus un peu plus tard. En Belgique, on va dire “je te dis quoi”. Donc ça m’est arrivé avec un collègue, on devait… On prenait le même métro, on se disait qu’on allait partir ensemble du travail pour aller prendre notre métro et on ne savait pas très bien à quelle heure lui et moi, on finissait.

Je lui dis : “Je te dis quoi plus tard dans la journée”. Et en fait, il n’a pas compris ce que je lui dis et en fait, il est parti sans moi. Donc, c’est une expression qui s’utilise vraiment beaucoup en Belgique, mais qui ne s’utilise pas du tout en France. Si vous dites à quelqu’un “je te dis quoi”, il ne va pas vous comprendre.

Une autre différence parfois, c’est juste dans des petits mots, par exemple. En France, on va dire “frapper à la porte” quand vous voulez… vous faites comme ça pour vous signaler.

En Belgique, on dit “toquer à la porte”. Un autre mot qu’on utilise différemment, c’est ça… En France, on va dire de l’adhésif ou un rouleau de scotch. En Belgique, ça s’appelle du papier collant. En soi, c’est beaucoup plus logique parce que c’est ce que c’est un morceau de papier qui est collant.

Une autre expression qui est différente. En Belgique, quand on attend les uns derrière les autres, par exemple à la boulangerie, on dit qu’on fait la file, donc on est l’un derrière l’autre.

On attend. En France, on va plutôt dire qu’on fait la queue.  C’est arrivé… j’étais en vacances avec mes parents il y a quelques années. Et on est tombé sur des Français et la discussion a duré super longtemps. Il y a une Française qui a demandé à mon père “Est-ce que c’est la queue ?” Et mon père a répondu “Oui, c’est la file” et la Française disait “Ah mais est-ce que c’est la queue?” Et mon père était là : “Oui, c’est la file”. Et ça a duré super longtemps comme ça.

Un autre mot qui est différent, quand en France… Quand on boit d’un coup un verre. Comme ça. On dit qu’on boit cul sec. En Belgique, on dit qu’on affone. J’ai affoné ce verre d’eau.

Comme autre différence, qu’est-ce qu’il y a encore, par exemple, des cheveux quand c’est comme ça. En Belgique, on dit que c’est des cheveux crollés. En France, on va dire des cheveux bouclés. Donc des crolles et des boucles.

Sinon, il y a plein d’autres mots.

Par exemple, nous, on va dire “foire”. Et en France, on dit une fête foraine. C’est l’endroit où on peut aller… où on mange des pommes d’amour, des barbes-à-papa. Vous voyez il y en a vraiment énormément. Je vais encore vous en donner trois parce que sinon, ça ne s’arrête jamais. Il y en a tellement.

Une qu’on utilise souvent en Belgique, parce qu’il pleut beaucoup. C’est quand il pleut vraiment… il pleut des cordes. C’est ce qu’on dit en France.

Il pleut vraiment beaucoup. En Belgique, on dit qu’il drache. C’est la drache.

Un autre mot, c’est par exemple cette bague, c’est une bague en toc. On va dire en France. Elle est fausse. Ce n’est pas un métal précieux. Donc, on dit en France que c’est du toc. En Belgique, on dit que c’est de la cacaille. Donc on va dire si c’est de la cacaille, c’est une bague en cacaille.

Ça veut dire que ce n’est pas précieux, que c’est pas de la bonne qualité.

Et enfin, opn va finir sur un dernier mot. Où pareil, à chaque fois que je vais dans un magasin pour en acheter, on ne comprend pas. Je vous montre.

En Belgique, vous voyez ça ce que mettent les filles en hiver avec des robes. On appelle ça des bas-collants. Donc avec un tiret bas-collant. Donc, c’est ça.

En France, soit c’est des bas, soit c’est des collants. Donc ça, ce que je vous ai montré, ça, c’est des collants. Des bas, c’est un peu plus… C’est comme des chaussettes. Vous voyez, il y a un bout. C’est vrai que souvent, moi, quand je vais dans un magasin, et que je dis “je voudrais des bas-collants”. On me regarde et on dit : “vous voulez des bas ou des collants ?” Donc voilà, c’est encore un mot qui prête à confusion.

Où on ne me comprends pas en France.

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. J’espère que cette vidéo, elle vous a plu. N’hésitez pas si vous avez déjà été en Belgique ou que vous vivez en Belgique et qu’il y a des mots que vous avez remarqué qui sont effectivement pas les mêmes dans le français de Belgique et le français de France, n’hésitez pas à les mettre en commentaire. Surtout, dites-moi si cette vidéo vous a plu, si elle vous a plu, pensez bien sûr à mettre un like, ça m’aide beaucoup.

Si vous êtes nouveaux ou nouvelles aussi, s’il vous plaît, abonnez-vous comme ça, vous pouvez recevoir toutes les vidéos et ça m’aide beaucoup à continuer ma chaîne.

Je vous dis à très bientôt et passer une magnifique journée.

🎁 7 jours d'exercices offerts

Inscris ton email ci-dessous pour que je t’envoie gratuitement les 7 premiers jours de “Mon carnet de français”. 

Vidéos qui pourraient t'intéresser

🚨 Mon carnet de français, 90 jours pour progresser en français est disponible dans la boutique

X